Pour parler des différentes bases de données et des différents modèles de données qu'ils existent, on doit premièrement comprendre ce qui est une base de données et comment les utiliser.

Une base de données est une collection organisée de données stockées et accessibles par voie électronique. Elle permet de stocker et de retrouver des données structurées, semi-structurées ou des données brutes souvent en rapport avec un thème ou une activité.

Au cœur de chaque base de données se trouve au moins un modèle utilisé pour décrire ses données. Et selon le modèle sur lequel elle est basée, elle peut avoir des caractéristiques un peu différentes et stocker différents types de données.

Pour inscrire, retrouver, modifier, trier, transformer ou imprimer les informations de la base de données on utilise un logiciel qui s’appelle système de gestion de base de données (SGBD, en anglais DBMS pour Database management system).

La taille, les capacités et les performances des bases de données et de leurs SGBD respectifs ont augmenté de plusieurs ordres de grandeur. Ces augmentations de performances ont été rendues possibles par les progrès technologiques dans différents domaines, tels que les domaines des processeurs, de la mémoire informatique, du stockage informatique et des réseaux informatiques. Le développement ultérieur de la technologie des bases de données peut être divisé en quatre générations basées sur le modèle ou la structure des données : navigation, relationnel, objet et post-relationnel.

4 2
0 92
Article
Lorenzo Scalese · Juin 13, 2022 19m de lecture
Quatre API pour les bases de données

Une session concurrente dans IRIS : SQL, Objects, REST, et GraphQL

Kazimir Malevitch, "Athlètes" (1932)

"Mais bien sûr, vous ne comprenez pas ! Comment celui qui a toujours voyagé en calèche peut-il comprendre les sentiments et les impressions du voyageur en express ou du pilote dans les airs ?"

Kazimir Malevich (1916)

Introduction

Nous avons déjà abordé le sujet des raisons pour lesquelles la représentation objet/type est préférable à SQL pour la mise en œuvre des modèles de domaine. Et ces conclusions et ces faits sont aussi vrais aujourd'hui qu'ils l'ont toujours été. Alors pourquoi devrions-nous faire un pas en arrière et discuter des technologies qui ramènent les abstractions au niveau global, où elles se trouvaient à l'ère pré-objet et pré-type ? Et pourquoi devrions-nous encourager l'utilisation d'un code spaghetti, qui donne lieu à des bogues difficiles à repérer et qui ne repose que sur les compétences virtuoses des développeurs ?

Plusieurs arguments sont favorables à la transmission de données via des API basées sur SQL/REST/GraphQL plutôt qu'à leur représentation sous forme de types/objects:

0 0
0 42

Cette publication est le résultat direct d'une collaboration avec un client d'InterSystems qui est venu me consulter pour le problème suivant :

SELECT COUNT(*) FROM MyCustomTable

Cela prend 0,005 secondes, pour un total de 2300 lignes. Cependant :

2 0
0 18
Article
Guillaume Rongier · Juin 3, 2022 13m de lecture
Class Query dans InterSystems IRIS

Class Query dans InterSystems IRIS (et Cache, Ensemble, HealthShare) est un outil utile qui sépare les requêtes SQL du code Object Script. En principe, cela fonctionne comme suit : supposons que vous souhaitiez utiliser la même requête SQL avec différents arguments à plusieurs endroits différents. Dans ce cas, vous pouvez éviter la duplication du code en déclarant le corps de la requête comme une Class Query, puis en appelant cette requête par son nom. Cette approche est également pratique pour les requêtes personnalisées, dans lesquelles la tâche consistant à obtenir la ligne suivante est définie par un développeur. Cela vous intéresse ? Alors lisez la suite !

1 0
0 28
Article
Lorenzo Scalese · Mai 16, 2022 11m de lecture
Création d'index personalisé dans Caché

Les modèles de données objet et relationnel de la base de données Caché supportent trois types d'index, à savoir standard, bitmap et bitslice. En plus de ces trois types natifs, les développeurs peuvent déclarer leurs propres types d'index personnalisés et les utiliser dans toutes les classes depuis la version 2013.1. Par exemple, les index de texte iFind utilisent ce mécanisme.

Un Custom Index Type est une classe qui implémente les méthodes de l'interface %Library.FunctionalIndex pour effectuer des insertions, des mises à jour et des suppressions. Vous pouvez spécifier une telle classe comme type d'index lorsque vous déclarez un nouvel index.

Exemple:

Property A As %String;
Property B As %String;
Index someind On (A,B) As CustomPackage.CustomIndex;

La classe CustomPackage.CustomIndex est la classe même qui implémente les index personnalisés.

1 0
0 30

Lorsque je décris InterSystems IRIS à des personnes plus orientées vers la technique, je commence toujours par dire qu'il s'agit d'un DBMS (système de gestion de base de données) multi-modèle.

À mon avis, c'est son principal avantage (du côté du DBMS). Et les données ne sont stockées qu'une seule fois. Vous choisissez simplement l'API d'accès que vous voulez utiliser.

0 0
0 46